Atelier-Maison de GUSTAVE MOREAU

Quand :
27 février 2017 @ 11 h 30 min – 18 h 30 min
2017-02-27T11:30:00+01:00
2017-02-27T18:30:00+01:00
Où :
Musée Gustave Moreau
14 Rue de la Rochefoucauld
75009 Paris
France
Contact :
Gisèle Perrot
06 31 07 70 16

GUSTAVE MOREAU – 1826-1898 – « Un Mystique en plein Paris »

Ce 27 février 2017, par une journée hivernale pluvieuse, nous avons pris la route pour nous rendre à Paris au 14 rue de la Rochefoucauld au cœur de la Nouvelle Athènes.

Nous pénétrons dans un très bel hôtel particulier qui fut la demeure et l’atelier de Gustave Moreau. Ce sont les parents de Gustave qui achetèrent au nom de leur fils en 1852 cette maison atelier; Il y demeura jusqu’à sa mort le 16 avril 1898.

Cet hôtel fut légué par l’artiste à l’Etat français en 1887 pour qu’il y soit conservé et présenté son œuvre, soit  environ 14 000 œuvres dont 850 peintures, 350 aquarelles, plus de 13 000 dessins.

Dès le 1er étage nous sommes surpris par l’abondance des tableaux ainsi que leur dimension. Au centre de la pièce se dresse un magnifique escalier à vis monumental.

Dès ses 8 ans, le dessin le passionne. Il n’aura de cesse de dessiner, peindre, modeler…

En 1841 il effectue un voyage en Italie du Nord et en rapporte un album de dessins.

1844-46. Il est admis à l’Ecole Royale des Beaux-Arts.

  1. Il accède pour la première fois au Salon Officiel.

En 1857-59. Lors de son second voyage italien, il réalise des copies d’après les maîtres (MichelAnge, Véronèse, Raphaël, Corrège etc…) dont il va s’inspirer. Il se lie d’amitié avec Edgar Degas. De retour à Paris en 1859 il rencontre Alexandrine Dureux qu’il initie au dessin. Celle-ci demeurera jusqu’à la fin de sa vie sa «meilleure amie et unique amie».

  1. Il obtient le grade de la Légion d’Honneur.
  1. Il est élu à l’Académie des Beaux-Arts dont il devient professeur de 1892 à 1898 et où il succède à Jules-Elie Delaunay. Parmi ses élèves : Georges Rouault, Henri Matisse, Albert Marquet, Henri Charles Mangin… Le dimanche, il reçoit ses élèves et des amis artistes chez lui en particulier Marcel Proust, Huysmans….

Gustave Moreau fait partie du courant symboliste imprégné de mysticisme. Cet aspect est l’arbre qui cache la forêt, c’est la forme, l’émotion, l’art tout simplement. On s’y perd et on s’y reconnaît. Il conquit la prédilection d’une élite ; il fut profondément aimé et vénéré par le petit groupe de penseurs et d’amateurs qui prépare et anticipe les consécrations futures. Son nom personnifia l’art le plus élevé, le plus précieux, ses œuvres furent comme des joyaux sans égal, dignes seulement des écrins aristocratiques. Une douzaine de collectionneurs raffinés se le disputèrent, il entretint toute sa vie des relations ambiguës avec ces amateurs qui l’entouraient, ceux qu’il considérait parfois, dans ses écrits personnels, comme « les beaux esprits, les délicats, les mandarins, les maniérés, les fins qui ne sont pas les vrais juges, les bons juges en Art »

Gustave Moreau fait sienne les paroles de Baudelaire :

« – La nature est un temple où de vivants piliers,

  • Laissent parfois sortir de confuses paroles,
  • L’Homme y passe à travers des forêts de symboles
  • Qui l’observent avec des regards familiers. »

Gustave Moreau se définissait comme un « assembleur de rêves ».

Laissons-nous porter par le rêve…je vous invite à partager ce diaporama.

[youtube]https://youtu.be/3IsDykgjzPs[/youtube]

 

Gisèle Perrot

Ce contenu a été publié par yv. Mettez-le en favori avec son permalien.