CHÂTEAU d’ÉCOUEN – Musée National de la RENAISSANCE

Quand :
7 avril 2018 @ 9 h 30 min – 21 h 00 min
2018-04-07T09:30:00+02:00
2018-04-07T21:00:00+02:00
Où :
Château d’ECOUEN
Rue Jean Bullant
95440 Écouen
France
Contact :
Irene CAZAUX
01 60 39 09 13 ou 06 13 16 33 02

Après un déjeuner convivial et apprécié à la Ferme de BOUFFEMONT…et un soleil au rendez-vous, nous nous sommes rendus au Musée de la Renaissance d’ECOUEN où nos guides Anaïs et Magalie nous attendaient pour une visite guidée.

Le Château d’ECOUEN est l’héritage que nous a laissé le Connétable Anne de MONTMORENCY, un homme de la Renaissance (1493 – 1567).

Même si sa longue vie lui a permis de participer à quelques uns des évènements les plus marquants de l’Histoire de l’Europe à la Renaissance, le souvenir d’Anne de MONTMORENCY ne s’impose pas immédiatement à notre mémoire et à notre culture générale à la place qui devrait être la sienne.

Son caractère peu  accommodant le présente comme un homme négatif….pourtant apprécié. .. comme en témoigne la correspondance de tous les princes et souverains d’Europe.

S’il est vrai que l’affirmation de son rang est restée chez lui une constante préoccupation, l’analyse de ses devises révèle une profondeur inhabituelle chez beaucoup de ses contemporains. Il a repris de son père le mot grec « aplanos » …(tout droit sans dévier) , mais aussi des réflexions latines complexes autrefois visibles sur le portique de la cour du château d’ECOUEN …à savoir :

« Seul celui qui croit sincèrement en la justice peut juger et combattre »
et
« A celui qui porte les armes, c’est tout donner que nier ce qui est juste »

Un autre élément caractéristique est son monogramme : A et M…bien sûr pour évoquer son propre nom mais aussi le prénom de son épouse, Madeleine de Savoie.

Tout au long de sa vie il s’est intéressé à la Renaissance …car le Connétable ne pouvait rester indifférent à l’évolution et à la diffusion de l’Architecture Française de la Renaissance vu son rôle à la tête du royaume  auprès de François Ier et Henri II.

Propriétaire de 130 châteaux et demeures, soit par héritage, soit par acquisition, ….trois de ces châteaux ….Chantilly, Ecouen et Fère-en-Tardenois….permettent d’évaluer l’ambition et la constance politique architecturale menée par Anne de MONTMORENCY.

C’est très certainement la réception de l’épée de Connétable  de France qui conduit Anne de MONTMORENCY à se lancer dans la reconstruction complète du Château d’ECOUEN, après la démolition du château Médiéval qui était encore considéré comme habitable en 1531.

A la Révolution le Château a été investi …..il a été  un Club Patriotique, une Prison militaire et un hôpital et le 15 décembre 1805 NAPOLEON y prescrit, par décret,  l’ouverture d’une maison d’éducation pour les filles de la Légion d’Honneur. Après la reconstruction de l’aile orientale la rentrée des classes se fera sous la direction de l’Intendante Mme CAMPAN à laquelle NAPOLEON avait dit : «  Faîtes-en de bonnes mères de Famille catholique, je ne veux pas de bas-bleus ».

A la chute de l’Empire ..Louis XVIII le restitue aux CONDE…qui le laisse plus ou moins à l’abandon.

En 1850, Louis NAPOLEON BONAPARTE  fait transférer de Paris à ECOUEN  la Maison de la Légion d’Honneur  et l’éducation des Jeunes filles est à nouveau le rôle principal de ce château jusqu’en 1962.

André MALRAUX fait le choix d’y accueillir le Musée National de la Renaissance lequel ouvrira ses portes après de lourds travaux de restauration le 25 Octobre 1977 et sera inauguré par le Président Valéry Giscard d’Estaing …il y a donc 40 ans !

Le film réalisé par Yves VESCHAMBRE vous donnera un aperçu de la richesse des collections de ce Musée et des quelques pièces exceptionnelles qui s’y trouvent exposées.

La visite terminée un Concert nous attendait dans la Grande Salle de la Reine avec le Trio SÖRA,  trois musiciennes …amies de longue date du Conservatoire de Paris, animées d’une même passion pour la Musique de Chambre qui se sont lancées avec enthousiasme dans leur carrière.

Il se dit que ce trio se distingue par une incroyable osmose entre les trois musiciennes et une rare sensibilité musicale influencée par la diversité des héritages culturels de chacune :

  • Magdaléna GEKA, de Lettonie….violoniste , Pauline CHENAIS, Française du Pays Basque…pianiste ,Angèle LEGASA, Italienne….violoncelliste

Le Programme :

 1 – De Joseph HAYDN – le Trio n° 43 en do majeur ….qu’il a composé en 1797 vers la fin de sa vie puisqu’il est mort en 1809. HAYDN incarne le classicisme viennois. Sa carrière Musicale couvre la période classique de la fin du baroque aux débuts du romantisme. Il est le pont et le moteur qui a permis à cette évolution de s’accomplir.

Ce trio de HAYDN fit l’admiration de Mendelssohn puisqu’il aurait dit « Les gens n’en revenaient pas d’étonnement qu’une chose aussi belle puisse exister »

2 – De Franz SCHUBERT – le Trio n° 2 en mi bémol…l’une de ses dernières compositions (1827) ..quelques mois avant sa mort …destinée à être joué dans l’intimité du milieu de la noblesse ou d’amateurs fortunés.  Cette œuvre est qualifiée de « sublime mélodie à l’intense expressivité ».

Elle a été notamment interprétée par Les Frères CAPUCON Renaud et Gauthier et le pianiste Frank BRALEY aux Nuits Musicales d’UZES en 2005….par ailleurs elle a été utilisé dans de nombreux films et en particulier dans celui de Stanley Kubrick «  BARRY LYNDON ».

Fin d’une journée très agréable dont ce Musée de la Renaissance, très intéressant,  fut pour certains une découverte.

Irene CAZAUX

Ce contenu a été publié par yv. Mettez-le en favori avec son permalien.