MUCHA

Quand :
11 octobre 2018 @ 13 h 00 min – 19 h 00 min
2018-10-11T13:00:00+02:00
2018-10-11T19:00:00+02:00
Où :
Musée du Luxembourg
19 Rue de Vaugirard
75006 Paris
France
Contact :
Giselle Perrot
06 31 07 70 16

EXPOSITION ALPHONSE MUCHA

Musée du Luxembourg –
11 octobre 2018

Alphonse Mucha est né 1860 le 24 juillet dans la petite ville d’Ivancice dans le sud de la Moravie sous l’Empire d’Autriche.  Son père est huissier au tribunal. Son enfance sera marquée par la musique (il devient organiste, chante dans la chorale de la cathédrale de Bnro).

 Il accède à la célébrité en 1895 à Paris, avec Gismonda, sa première affiche pour Sarah Bernhardt, la plus grande actrice de l’époque. En tant qu’affichiste, Mucha développe un style très personnel, le «style Mucha», caractérisé par des formes sinueuses mêlant jeunes femmes, motifs floraux et lignes ornementales, de même qu’une gamme subtile de tons pastels. Ce style incarnera bientôt le mouvement émergeant à l’époque dans les arts décoratifs, l’Art Nouveau.

Si ses affiches, font sa renommée, Mucha est un artiste polyvalent : peintre, sculpteur, photographe, décorateur. Lors de son premier voyage aux Etats-Unis en 1904, il est qualifié de «plus grand artiste décoratif du monde». Mais ses convictions politiques et humanistes l’amènent à renoncer progressivement à cette veine décorative et à entreprendre des cycles de peinture d’histoire, parfois de très grand format, dans un esprit militant et idéaliste. Ainsi, autour de 1900-1910, il évolue et défend un art résolument figuratif et épique. Ses œuvres tardives témoignent de son rêve d’unité entre tous les peuples slaves, notamment «l’Epopée slave» (1912-1926), cycle composé de vingt toiles monumentales.

Quelques dates :

1885-1887 – Soutenu financièrement par son premier mécène le comte Karl Kuehen-Belasi de Vienne, Mucha intègre la prestigieuse Académie Royale des Beaux-Arts de Munich.

1888-1893 – La vie de bohème à Paris. Mucha s’offre les cours de l’Académie Julian où il rencontre Vuillard, Bonnard, Denis… les futurs Nabis post-impressionnistes. Ensuite poursuit sa formation à l’Académie Colarossi, où il se lie d’amitié avec un certain Paul Gauguin.

1898 – Mucha rejoint la franc-maçonnerie dans la Respectable Loge des Inséparables du Progrès. En 1920, il est promu Souverain Grand Commandeur de la Grande Loge Nationale de Tchécoslovaquie.

1894-1899 – La veille de Noël 1894, l’imprimeur Lemercier lui commande en urgence l’affiche Gismonda, la nouvelle pièce que doit jouer Sarah Bernhardt dès janvier. La «Divine» est conquise elle en commande aussitôt plusieurs milliers d’exemplaires et lui signe un contrat d’exclusivité pour six ans.

1900 – Lors de l’Exposition Universelle de Paris, Mucha décroche la médaille d’argent et reçoit la Légion d’Honneur.

1903 – Mucha épouse sa compatriote Maruska qui deviendra sa muse. Il a 46 ans, elle seulement 24. Le couple aura deux enfants.

1910-1928 – Mucha revient sur ses terres natales. Il s’attelle à son chef-d’œuvre, qu’il mettra dix-huit ans à achever : l’Epopée Slave.

1939 – Arrêté à Prague par la Gestapo au printemps 1939, l’artiste jugé «réactionnaire» par l’occupant est libéré pour raison de santé. Il décède cependant quelques semaines plus tard d’une infection pulmonaire. Il s’éteint le jour de la fête nationale française, à la veille de ses 79 ans.

Nous étions un petit groupe de 24 personnes émerveillées par ces «femmes fleurs» emblématiques dans les tons pastels et de formes tellement harmonieuses.

Je vous invite à regarder le diaporama ci-joint.

Gisèle Perrot

Télécharger la circulaire

Ce contenu a été publié par yv. Mettez-le en favori avec son permalien.