Visite de la maison de la radio

Quand :
21 mars 2017 @ 13 h 30 min – 19 h 15 min
2017-03-21T13:30:00+01:00
2017-03-21T19:15:00+01:00
Où :
Radio France
116 Avenue du Président Kennedy
75016 Paris
France
Contact :
Yves Veschambre
06 79 55 60 61

Nous étions 40 pour visiter la maison de la radio, nous aurions pu être plus de 60 si l’organisation des visites l’avait permis !

En préambule, le texte qui a été lu dans le car avant la visite, texte destiné à remettre en mémoire ce qui s’est passé avant la  radiodiffusion que nous connaissons aujourd’hui.

“C’est le roi Louis XVI en juin 1789 qui se montra favorable à la liberté de la presse, ce qui fut repris dans la déclaration des droits de l’homme du 26 août 1789.

On vit alors paraître 500 périodiques en France dont 330 à Paris.

Cette liberté ne résista pas à la Terreur et sous Napoléon quatre journaux surveillés paraissent à Paris tandis qu’en Province, un seul journal est autorisé par département.

Sous la monarchie de juillet, la presse est soumise à la censure, pas question de faire de la propagande républicaine ni de discuter sur le roi ou la monarchie.

La liberté de la presse est encore plus réduite sous la seconde république et le second empire.

C’est la troisième république qui consacre la liberté de la presse avec la loi du 29 juillet 1881, seul le régime de Vichy portera atteinte à cette loi.

Les inquiétudes pour la liberté de la presse en France sont reflétées par le classement annuel établi par l’association Reporters sans frontières. Celle-ci a classé la France 31e en 2017. Le mauvais classement de la France s’explique notamment par les différentes lois présentées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme par le gouvernement Valls et par le manque d’indépendance des médias, ceux-ci étant caractérisés par « une très forte relation entre les puissances industrielles et les propriétaires des médias, qui sont souvent les mêmes ».

Histoire de la radio

Le 5 novembre 1898, Eugène Ducretet fait une démonstration publique de transmission par « télégraphie sans fil » entre la Tour Eiffel et le Panthéon.


À cette époque, l’usage de la radio se limite aux usages militaires et maritimes, mais la Marine nationale utilise la TSF dès 1905. On installe de nombreux émetteurs, tant en métropole que dans les colonies et, en 1906, l’armée de terre place ses émetteurs sur la tour Eiffel. Les PTT utilisent également la TSF pour des liaisons de télégraphie. Les événements de la Grande Guerre conduisent, à partir du 28 septembre 1914, à encadrer strictement l’usage de la radio.

La paix retrouvée, on décida de créer des radios d’État tout en laissant se développer les radios privées. C’est le début de l’épopée radiophonique en France. La première émission de radio en France destinée au public eut lieu le 24 décembre 1921 par Radio Tour Eiffel. En 1922, la Société française radio-électrique (SFR) obtint une autorisation d’émettre et créa ainsi la première radio privée Radiola. En 1939, on trouvait quatre radios d’État et quatre radios privées à Paris. En province on assiste à un foisonnement de radios publiques ou privées. Le phénomène des radios périphériques s’installe : Radio Luxembourg émet depuis le Grand Duché à partir de 1933, Radio Andorre émet depuis la Principauté à partir de 1939.

L’invasion allemande de juin 1940 met fin à cette période de développement.

De nombreuses radios cessèrent d’émettre au fur et à mesure de l’invasion allemande. Les radios qui subsistèrent furent fortement contrôlées. La principale de ces radios collaboratrices fut Radio Paris (Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand chantait-on sur l’air de la cucaracha). La France libre n’était pas en reste avec les émissions de Radio Londres que les Allemands Tentaient de brouiller. En 1943 ils créèrent RMC.

L’ordonnance du 23 mars 1945 établit le monopole d’État sur les stations de radio. Cependant, les années de guerre ont anéanti une grande part du réseau de transmission français. C’est sur un poste émetteur laissé par l’armée américaine qu’est créée une radio publique d’un style nouveau : c’est « Paris Inter ».

Mais malgré le monopole, d’autres radios parviennent à émettre en France depuis l’étranger. Outre Radio Andorre, Radio Luxembourg et RMC, qui reprirent leurs programmes après la guerre une nouvelle radio périphérique fut créée en 1955 : Europe n°1. Elle ringardisa bientôt Radio Luxembourg et Paris Inter surnommées alors « radios à papa ». Ces radios réagirent dans les années 60 en se modernisant et en changeant de nom (Paris Inter devint France Inter et Radio Luxembourg devint RTL). Une autre radio périphérique importante commence à émettre dans le sud de la France au début des années 1960 : c’est Sud Radio, à partir d’un émetteur situé sur le territoire de la Principauté d’Andorre.

Les ministres de l’Information André Malraux, Roger Frey, Alain Peyrefitte, sont dans les faits les véritables dirigeants de la RTF qui deviendra ORTF en 1964.

L’année charnière pour la radio est 1963. L’ORTF s’installe à la maison de Radio France et on opère aussi une réorganisation des réseaux (« RTF Inter » devient France Inter et la RTF organise deux stations thématiques : France Culture et France Musique. Deux autres suivront : FIP et RFI.

En 1974 l’ORTF est démantelée la télévision est séparée du secteur radio qui échoit à l’entreprise publique Radio France


Les radios périphériques, plaçaient leurs émetteurs aux frontières mais de nombreuses autres radios se sont développées illégalement sur le sol français. On les appelait les radios pirates.

Consciente du phénomène, en 1980 Radio France lance cinq nouvelles stations : Radio 7 et Radio Bleue, ciblant pour l’une les jeunes et pour l’autre la « troisième jeunesse », ainsi que trois stations régionales : Fréquence Nord, Radio France Mayenne et Radio France Melun.

Malgré les efforts de Radio France, le monopole prend fin le 9 novembre 1981. C’était une des promesses de François Mitterrand.

À partir de 1981, les radios ne sont plus illégales. Cependant, en raison des particularités propres à la communication par ondes radio, notamment l’attribution de fréquence, il apparaît très vite nécessaire de mettre en place une autorité qui puisse répartir les fréquences. Aujourd’hui
 elle est devenue le CSA.

L’offre radiophonique publique évolue elle aussi : France Info est créée le 1er juin 1987 etc.

Au fur et à mesure, les différentes radios vont être réunies au sein de quelques grands groupes comme RTL Group, NRJ Group, NextRadioTV ou encore Lagardère Active. Certains voient dans ces conglomérats une diminution de la liberté des radios. Toutefois, les radios associatives restent très nombreuses, au nombre de 600.

En 1991, le CSA décida d’attribuer une fréquence unique aux radios d’autoroutes. On leur réserva 107,7 MHz en iso-fréquence, à la limite de la bande FM. Aujourd’hui cinq stations se partagent le territoire, chacune affiliée à une société concessionnaire d’autoroute. Je n’ai pas résisté au plaisir de vous parler de ces cinq radios car j’ai participé à la mise au point et à la mise en place de la la première d’entre elles.

Nous allons tout à l’heure visiter la maison de la radio celle-ci a été inaugurée en 1963 en présence de Charles de Gaulle et d’Alain Peyrefitte. Devenue vétuste voire dangereuse, le préfet de Paris fit évacuer la tour en 2003, elle a fait l’objet d’une réhabilitation de 2009 à 2017.

Outre les studios utilisés pour les émissions des chaînes nationales, elle comporte une salle de concert de 1400 places inaugurée en 2014. Ceux qui sont venus écouter Anne Sophie Mutter le mois dernier ont eu le plaisir de la découvrir.

Une dernière réflexion, les radios internet se développent considérablement hors contrôle du CSA, quel est l’avenir des radios hertziennes ?”

Maison radio 1Nous voyons ici l’auditorium qui contient 1400 places.
Notre parcours nous mena des nouvelles installations pour le personnel au centre du complexe qui comprend l’anneau extérieur, un anneau intérieur et la tour.

Ces deux derniers éléments ont été rénovés pour installer les studios des sept radios de Radio France.

Pour visiter le studio 105 et le studio 107 nous avons pu voir que la couronne extérieure était encore en travaux et combien les travaux de rénovation étaient complexes et utiles.

La visite se termina par la maquette de la Maison.IMG_1547

 

Ce contenu a été publié par yv. Mettez-le en favori avec son permalien.